Quand j’ai lancé le concept des mariages aux USA avec démarches administratives, j’étais persuadée que cela ne fonctionnerai pas. Mais toujours avec cet amour du risque je me suis dit “on tente, comme ça pas de regrets”. J’ai fait la même chose quand j’ai pris la décision de faire la conférence au Wedd’Challenge. Je me disais: “mais qui va venir m’écouter parler??? Que vont penser les gens???” Au final j’ai foncé et ce fut une des meilleures decisions que j’ai prise pour mon entreprise. Je ne le regrette pas du tout. Puis enfin Le workshop et gala à New York. Sacré aventure! Oui mais c’est oublier qu’en France, les concepts qui fonctionnent ne sont pas bien vus. Et puis le copinage c’est trrooopppp cooool hhhiiiii! (enfin voyons, un peu de tenue!) La jalousie, ou je ne sais quoi (et au final je m’en contre fiche) prend le pas sur l’humain, sur le positif et sur l’envie de changer les choses. Les coups bas sont permis, tout comme la critique. C’est éprouvant, usant et démotivant pour celui qui a la tête pleine de rêves et qui débarque dans l’univers du mariage (pardon, le cosmos). Je pense que le comportement de certains est du à un ego au delà de l’imaginable, et un narcissisme profond. Ce besoin inavoué d’être le/la meilleure quoi qu’il arrive. C’est vrai quoi, on travaille dans le mariage oookkk! On sauve le monde et on invente le vaccin? …. hum pas sure.

BossMomBref, autrefois ce genre de comportement me blessait à un point que je voulais tout arrêter. Je ne compte plus le nombre de fois ou aprés avoir été copiée, trahie ou salie, je me suis retrouvée en larmes, complètement démunie et en colère. Et puis aujourd’hui j’ai découvert qu’avec l’age, je devenais têtue, avec un immense sens de la contradiction. Sans doute aussi un peu plus armée qu’à mes débuts. Je me fais un malin plaisir à continuer mon chemin. Je connais des échecs parfois, mais au final ils sont formateurs. Alors je continue, j’avance. Je rencontre des gens géniaux, qui me font oublier que d’autres se prennent pour Dieu (rappelons le, nous travaillons dans le mariage hein, pas pour une ONG) . Je n’ai pas de pouvoirs magiques, ni la prétention de péter des paillettes. J’adore travailler avec les américains. Avec eux c’est simple. Pas toujours mais bon quand même c’est top. Et puis plus vous réussissez en étant parti de rien, et plus ils sont fans et contents pour vous! Comme quoi, un Océan vous sépare et cela change tout! Aaahh cette sensation de pouvoir, peut être que c’est simplement ça alors, une lutte de pouvoir et de contrôle (méditation en cours à ce sujet…)

Alors oui quand on me demande un selfie, quand on me dit que je suis géniale, que ce que je fais est absolument “amazing”, pendant 5 min j’ai un melon énorme! Puis arrivent mes enfants. Le plus grand à qui je refuse d’aller chez un copain me dis que je suis la plus mauvaise maman du monde, le plus petit fait un caprice incroyable par ce qu’il veut un bonbon, mon mari me demande ce qu’on mange ce soir et je regarde dans la glace cette fille de 35 ans à peine coiffée, pas maquillée, qui au depart pensait que son entreprise ne marcherait pas. Avoir une vie en dehors de l’univers du mariage ça aide à relativiser. Je me rends compte que finalement personne n’est irremplaçable, hormis peut être pour le mari qui attend toujours de savoir ce qu’on mange au diner.

Le monde du mariage existait avant moi, et il continuera d’exister même sans moi … en fait c’est valable pour tous!

La vérité c’est que je suis même incapable de vous parler du marché du destination wedding. Je n’ai jamais fait d’études de marché, jamais regardé ce que faisaient mes concurrentes. Bon ok peut être une fois, mais juste pour faire tout à fait autre chose. Je n’aime pas rentrer dans des cases. Moi, les cases j’aime les créer. Et c’est ce que j’ai fait, yeah! (là, j’ai le melon oui oui) J’ai toujours tout fait au feeling et pour le moment cela m’a porté chance.

Quand Steve Jobs à créer, avec son acolyte, son premier ordinateur dans son garage, vous croyez vraiment qu’ils s’imaginaient une seule seconde qu’Apple serait l’entreprise que nous connaissons tous aujourd’hui? Ils devaient l’espérer très certainement. Mais faire entrer un ordinateur dans chaque foyer, ça relève de la révolution pour l’époque! Bon je n’en suis pas du tout au stade d’Apple! 

J’ai pris conscience lors du Wedd’Challenge, que certains professionnels avaient une image de moi qui n’est pas du tout la réalité. Celle d’une fille qui a réussi, qui voyage, une “figure” du monde du mariage, quelqu’un de super. Vous savez quoi? Moi aussi j’ai commencé par des mariages type salle des fêtes et j’en suis fière, moi aussi j’ai pleuré à certains mariages, parce que j’avais peur de ne pas être à la hauteur, moi aussi j’ai du rompre avec des couples parce que finalement ça ne passait pas bien, moi aussi je me suis loupée, et …… MERCI! Par ce que grâce à tout ça aujourd’hui j’en suis là. Peu importe ce que pensent les gens, ils penseront toujours quelque chose de toutes façons.

 

Mon grand père disait toujours que dans notre famille on ne devait jamais baisser la tête… je ne l’ai pas assez écouté…

La réussite c’est quoi au final? C’est quoi pour VOUS? Faire 50 mariages par an? Gagner plein d’argent? Etre connu? Réussir à vous faire une place sur le marché étranger? Equilibrer votre vie de famille et votre vie pro?Pour moi c’est d’avoir le choix. Pouvoir enfin dire non à des couples, non à des prestataires, non tout court (et dire oui aussi aux projets qui me plaisent) tout ça parce que j’en ai envie! La liberté, pour moi ça n’a pas de prix…                                                                

Des mariages avec budgets illimités? Je vous les laisse volontiers.

Dans la VRAIE vie, je suis la fille qui adore mettre des Louboutin mais qui n’en a pas les moyens. Mais je suis aussi celle qui adore manger des chips et boire du vin avec ses copines. Je suis celle qui sera en jean/baskets pour amener ses enfants à l’école, celle qui ne se maquillera que pour les grandes occasions, celle qui vous recevra volontiers chez elle pour partager une bonne pizza et refaire le monde. Celle qui décrochera son téléphone pour prendre une heure et vous remonter le moral parce que vous êtes en plein doute sur votre entreprise. Celle qui répondra à vos questions par téléphone pour savoir “comment avez vous fait?” (je ne compte plus le nombre de fois où on m’a posé cette question!). Celle qui vous enverra, si elle le peut, un petit messages pour prendre de vos nouvelles ou juste un smiley pour dire que je pense à vous, celle qui likera vos statuts facebook pour vous encourager et parce que à bientôt 35 ans, j’ai bien compris que la vie ce n’est pas de se prendre pour le nombril du monde. C’est profiter des petits bonheurs, profiter des gens, faire notre métier du mieux qu’on le peut avec les cartes que l’on a en main, c’est faire ce qu’on aime et ce qu’on a envie sans devoir rendre des comptes. A qui? Pourquoi au juste? Pour l’image? hahaha Un bon plan com et le tour est joué finalement. Pas besoin d’être une pointure il suffit juste de le faire croire.

Sinon ce soir pour info on mange une tarte aubergines/tomates/parmesan et les bières sont au frais! 😉 

BossMomRetrouvez l’actualité de l’Agence Opaline sur facebook ici