Me re voici enfin après plusieurs semaines, mois d’absence. Bien absorbée par le travail mais aussi malheureusement par des moments personnels difficiles comme le décès de ma maman en Juillet. Ce retour sonne donc un peu comme une renaissance pour moi. Je suis prête! La chance de réussir, vaste programme…

Il a fallu continuer d’avancer, pour mes enfants, mon mari, ma petite soeur, mes couples qui m’ont fait confiance, mes collègues avec qui j’avais et j’ai encore des projets. Il y a eu des moments ou j’ai cru ne pas y arriver tant la charge mentale était écrasante et tellement je n’ai pas pu prendre de temps simplement pour faire mon deuil et pleurer. Mais pour toutes les raisons et toutes les personnes citées plus haut, je n’avais pas le droit de me laisser aller.

Retour aux sources

Organiser des mariages à l’étranger n’est pas toujours une partie de plaisir ou quelque chose de facile. Pour tout vous avouer, je n’ai jamais mis un pieds en haut de l’Empire State building ni même sur la Statut de la liberté. Je n’ai jamais vraiment le temps pour des visites de tourisme car lorsque je me déplace je travaille et j’enchaine les rdv. Dormir devient un luxe alors visiter n’en parlons pas. Manger au restaurant est un exploit. Et oui on comprend vite qu’à la longue cela revient cher alors on prend des habitudes d’expatriés bien plus que de touristes pour manger moins cher.

Lors de mon dernier voyage pour un mariage, je suis parti à Hawaii avec une collègue fleuriste en charge de la décoration (ma Flo!). C’était un elopement, simple mais absolument magnifique. Les plages étaient à couper le souffle (difficile de les louper). Nous recevions fréquemment des messages nous souhaitant bonne vacances ou mieux encore: « oh mais quelle chance vous avez!! »

Destination Wedding

Je crois que cette phrase me fait faire des arythmies. Si je n’avais du compter que sur la chance je serai restée celle d’il y a 7 ans, qui ne parlait pas anglais, ne sortait pas de chez elle, trop apeurée par la foule, incapable de sortir mon fils au parc ou d’aller chercher du pain sans être prise d’attaque de panique. Je serai toujours la jeune femme phobique de l’avion, persuadée qu’elle ne vaut rien et n’arrivera jamais à faire quelque chose de bien dans sa vie. Mon mari m’a récemment dit:  » Tu te rends compte? Tu as organisé un événement de foli pour la Bridal Fashion Week de New York alors qu’il y a quelques années tu t’excusais presque d’être dans une piece! » (merci mon amour!)

Et puis c’est quoi réussir? Avoir plein de like sur les réseaux sociaux? Gagner beaucoup d’argent? Etre plus aimé que votre concurrent? Il y a un melange de notoriété, d’ego, de pompe à fric qui me derange de plus en plus. Oui j’ai besoin d’argent et être appréciée ne me déplaît pas. Le tout est de garder un équilibre et une certaine humanité (et humilité).

Et maintenant

Aujourd’hui tout ceci est derrière mois et j’ai parfois l’impression que cette fille là n’a jamais existé ou alors il y a fort longtemps. J’ai bien conscience que chacun fait ce qu’il peut, avec ses experiences et sa personnalité. La vérité c’est que j’ai découvert après un long travail sur moi même une fille courageuse, ambitieuse, têtue, loyale, franche, honnête, qui râle tout le temps et s’emporte pour un rien, qui se remet malgré tout souvent en question et qui fera bien souvent passer l’humain et l’emotion avant tout le reste. cette fille là je l’aime bien en réalité.

Destination Wedding

Ne vous avouez jamais vaincu et surtout, à toutes les personnes qui se moquent des gens timides, d’apparence fragile ou pas assez futés à votre gout, méfiez vous! Ce sont peut être les personnes les plus fortes que vous aurez l’occasion de connaitre. Elles passeront sans doute bien mieux les aléas de la vie en pliant mais en ne se brisant pas.

Je dirai donc que la chance, si elle existe, n’y est pas pour beaucoup. Ce n’est pas non plus le mot que j’ai le plus dans mon répertoire depuis que je suis petite. La réussite, le bonheur etc… ne faisaient pas partie de me gênes. Il a fallut se battre et supporter bien des choses politiquement incorrects et indicibles pour connaitre aujourd’hui ce bonheur. Et maintenant qu’il est là, le temps me manque pour le savourer doucement.

Cette vie à 100/heure qu’est l’entrepreneuriat n’est pas un long fleuve tranquille. D’avoir vécu tout plein de chose et d’être tombée est ma plus grande force. Il n’y a rien que je connaisse qui ne me mettra à terre. C’est un peu comme gouverner un bateau en mer. Parfois la mer est déchaînée. A ce moment là, à part garder le cap en attendant les beaux jours il n’y a rien à faire. Inutile donc de devenir dépressif, cela passera comme c’est venu.

Donc non je n’ai pas eu de chance mais surtout je n’ai attendu après personne pour cela. J’ai regardé comme tout le monde ce que faisait ma concurrence à l’époque. Et j’ai voulu faire autre chose, autrement. Surtout pas pareil.

Revanche sur la vie

Destination Wedding

Aujourd’hui avec ma collègue Florence nous avons crée le Wedding District pour une de ces raisons: s’émanciper des gens bien pensant et des cases établit, pour les professionnels du mariage. C’est pour ça aussi qu’aujourd’hui je suis terriblement attachée à l’Agence Opaline. C’est elle qui m’a fait grandir et qui a fait de moi celle que je suis. J’ai du affronter mes peurs et me faire violence quotidiennement depuis 7 ans. Prendre des risques, essayer, tomber, me relever et continuer. J’ai, grâce à elle, rencontré des gens fabuleux qui ont levé le masque de celle que j’étais. Pour laisser la place à celle que je suis. Certaines rencontres, plus malheureuses m’ont marqué au fer rouge, terriblement déçu et blessé. Mais une fois que je me relevais, j’avais ce besoin de revanche. C’est ce besoin là qui sera toujours un moteur.

Car bien au delà de la chance de réussir c’est bien la revanche sur la vie qui m’a le plus apporté.